Le Miracle Morning de Laouëna (témoignage)

Il y a quelques jours, j’ai raconté sur le blog Blossom Into Freedom comment je vivais mon Miracle Morning avant de me lancer le défi de l’intégrer vraiment dans mes habitudes.

Si tu n’as pas encore lu mon témoignage, découvre-le ici, avec celui d’autres personnes : https://www.blossomintofreedom.com/miracle-morning-temoignages/.

 

Aujourd’hui, je te propose un autre partage d’expérience à propos du Miracle Morning : celui de Laouëna. Un grand merci à elle !

P.-S. : les « SAVERS » dont elle parle, ce sont les exercices recommandés par l’auteur du livre « Miracle Morning » (faire silence, dire tout haut des affirmations positives, visualiser mentalement ce qu’on veut, faire du sport, lire et écrire). Je t’en parlais dans l’article « Défi du mois : le Miracle Morning ».

 

 

Je m’appelle Laouëna. J’ai 22 ans. Je suis étudiante à Nanterre, mais originaire de Bretagne. Cela fait environ 3 ans que j’ai découvert le Miracle Morning. Arrivée en 2e année de fac, je n’étais pas satisfaite de la façon dont je menais ma vie à quasiment tous les niveaux (ma gestion du temps, mes relations, mon corps, mes finances …). C’est à ce moment-là que je me suis penchée sur le développement personnel. J’aime beaucoup lire des blogs et des articles, et c’est de cette façon que j’ai rencontré le MM, à travers un article écrit par un entrepreneur qui en tirait une expérience très positive. J’ai voulu essayer, alors j’ai cherché d’autres témoignages et j’ai fini par acheter les deux livres. J’ai très vite adhéré au concept !

 

L’un des aspects sur lesquels j’ai le plus à travailler, c’est ma difficulté à rendre pérenne ce que j’entreprends. Et ça n’a pas raté pour le Miracle Morning. La plus longue période durant laquelle j’ai réussi à le pratiquer a été de 5 mois la première année. Au début, j’ai dû m’accrocher : se lever tôt était difficile. Ensuite, j’ai plus ou moins trouvé un rythme en essayant d’adapter mon heure de réveil à mon temps de sommeil. Je me levais entre 6h et 7h en me donnant 15 minutes pour émerger et j’enchaînais sur les SAVERS, dans l’ordre. Le tout me prenait environ 1h30 en incluant une séance de sport à la maison ou un footing de 20 min. J’ai fini par lâcher, car je n’habitais plus vraiment seule ayant rencontré mon homme. J’ai eu de grandes difficultés à associer le MM et une nouvelle personne dans ma vie et donc un nouveau rythme. L’année et demie qui a suivi, j’ai fait le MM sur de courtes périodes, quand j’en avais le plus besoin : lors de mes examens ou de périodes de grand stress, par exemple.

 

Depuis 4 mois environ, j’ai repris la pratique régulière des SAVERS. J’arrive à composer avec la présence de mon homme (et de nos chats) et je ne m’impose pas de rythme strict. Je me suis donné comme objectif de réaliser tous les SAVERS dans la journée sans me mettre de pression et ça marche bien mieux pour moi de cette façon. Petit à petit, j’essaie de les regrouper par deux et d’instaurer un rituel tout au long de ma journée pour que ça devienne un automatisme. Mon deuxième objectif est d’en faire 5 le matin et 2 le soir (2 fois l’exercice) pour un jour réussir à tous les faire le matin.

 

Cette année, je suis en année sabbatique. Je n’ai donc pas d’emploi du temps. Mais j’ai décidé qu’à partir de novembre, j’allais recadrer mon quotidien pour tirer de cette année le meilleur qu’elle a à m’offrir ! Je vais me lever vers 7h, commencer par la séquence « silence-affirmations-visualisation », puis faire 45 minutes de yoga et terminer avec l’écriture en faisant les Morning Pages de Julia Cameron dans « The artist way at work ». Le soir, je referai 20 minutes de yoga et de la lecture. Pour le moment, le week-end, je fais un peu de méditation et je lis, mais je ne fais pas forcément le reste. Pendant les vacances, c’est selon mes envies. Cependant, j’ai toujours essayé d’avoir un minimum de rigueur dans ma pratique en faisant les SAVERS de manière condensée.

 

Faire le Miracle Morning m’a permis d’être beaucoup plus attentive à ce dont j’ai réellement besoin et envie au quotidien, à ne plus m’engager sur des routes qui ne me font pas plaisir et qui sont toxiques et aussi à m’affirmer en étant moi-même et pas celle que les autres voulaient que je sois. J’arrive à terminer des projets qu’auparavant j’aurais rapidement laissé tomber et j’attire de bonnes choses à moi (j’ai récemment été élue présidente d’une association étudiante et j’ai décroché un emploi qui me tient à cœur). Il y a encore du chemin à faire, mais je suis lancée et je n’ai pas l’intention de faire marche arrière à présent.

 

Si je peux donner deux conseils, c’est de ne pas culpabiliser et d’adapter le MM à son mode de vie. Tout le monde n’est pas fait pour se lever à 5h tous les matins sous la canicule ou la neige pour aller courir 10 km. Se lever à 5h nécessite de se coucher tôt, mais certains emplois du temps ne le permettent simplement pas. C’est pour cela qu’il ne faut pas dramatiser si vous ne pouvez pas faire tous les SAVERS au petit matin. Le tout est de s’y retrouver et de s’épanouir dans la pratique, sinon elle n’apportera pas les bénéfices attendus. Doucement, vous forgerez votre moule et casserez celui où l’on veut vous forcer à rentrer.

 

Avec toute mon affection,

 

Laouëna

Laura Fontaine de Ghélin

Author Laura Fontaine de Ghélin

More posts by Laura Fontaine de Ghélin

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :