Category

Réflexion

La peur d’agir et de se tromper

By | Article, Réflexion | No Comments

Affronter ses peurs : le meilleur moyen d’avancer

On dit souvent que pour progresser, il faut oser sortir de sa zone de confort, tenter quelque chose de différent. Le hic : c’est généralement inconfortable et cela fait peur.

On ne sait pas trop à quoi s’attendre, on perd ses repères, on se demande si l’on a pris la bonne décision, on imagine certains scénarios catastrophe… Bref, on trouve tout plein d’excuses pour ne pas prendre de risques, même si l’on se trouve dans une situation inconfortable et que ce serait bien d’en sortir. Peut-être qu’en osant, on améliorerait grandement son quotidien, mais la peur de l’inconnu semble plus forte. On se sent tiraillé entre l’inconfort actuel, son envie d’aller de l’avant et la peur de l’avenir. On aimerait tellement avoir tout sous contrôle et être sûr de prendre la bonne décision…

On peut continuer à avoir peur malgré ses progrès

Personnellement, cela fait plusieurs mois que je repousse mes limites. Pourtant, à chaque fois, j’ai peur de passer à l’étape suivante. Non, je ne m’y fais pas. À chaque fois, je dois faire un travail sur moi-même pour oser me surpasser. J’imagine que c’est un peu comme un muscle et qu’à force, on s’habitue de plus en plus à sortir de sa zone de confort, mais je n’en suis pas sûre. Peu importe : mieux vaut se concentrer sur ses sensations actuelles. Une étape à la fois…

J’arrive tout doucement au bout de mon challenge. Cela fera bientôt 365 jours que j’ai créé ce blog et que je me suis embarquée dans une formidable aventure à la découverte de moi-même. Ceci est mon avant-dernier message avant un petit temps. Rendez-vous vendredi soir pour mon message de clôture !

Il y a un an, je me rappelle que j’avais envie de changer. J’ai pensé à la création de ce blog et j’avais vraiment la trouille. Finalement, je me suis lancée. Essentiellement car mon ras-le-bol était trop grand et que je voulais mettre toutes les chances de mon côté pour changer. L’étape suivante qui m’a terrorisée, ce fut de créer le nouveau site Internet de mon agence de traduction et son blog. J’ai mis le temps, mais j’y suis arrivée. Et maintenant, rebelote : cela fait plusieurs semaines que j’ai mis le blog de mon agence sur pause car j’ai peur de concrétiser ce que j’ai en tête. Je me suis aussi posé énormément de questions.

Trois sources de paralysie

Je suis tombée dans trois pièges très courants :

  • le perfectionnisme (me mettre tellement de pression pour que ce soit nickel dès le début que j’ai eu peur de m’y mettre) ;
  • la volonté de tout contrôler (j’essaie d’imaginer tous les cas de figure pour voir si je prends la bonne décision ou plutôt pour m’assurer que je ne prends pas de risques, alors qu’il n’y a jamais de certitudes ni de garanties absolues quant à l’avenir) ;
  • la peur de l’échec et du regard extérieur.

Résultat, me triturer l’esprit dans tous les sens a accru mon stress et mon sentiment d’insécurité.

Avant, je reportais volontairement les choses car cela me faisait trop peur de les affronter. Je niais simplement la réalité. Heureusement, j’ai arrêté ce comportement.

Ces derniers temps, c’était plus vicieux : je ne décidais plus de reporter des actions. C’est plutôt que mon esprit s’embrouillait, s’affolait, me faisait douter de mes décisions, changeait sans cesse d’avis et du coup, paralysait tout.

 

Quelques pistes pour débloquer la situation

 

Aujourd’hui, j’ai eu un déclic et j’ai décidé d’aller de l’avant.

Je partage avec toi quelques questions pour t’aider si tu es dans la même situation :

  • Mets-toi des limites, sinon tu hésiteras sans fin
    • De quoi as-tu besoin pour prendre ta décision/pour oser ?
    • Quelqu’un peut-il t’aider à obtenir ce qu’il te manque ?
    • Sur quels critères précis vas-tu te baser pour décider que tu t’es assez renseigné(e) et que tu es prêt(e) à agir ?
    • Combien de jours te donnes-tu pour fixer ton choix ?

 

  • Concentre-toi sur les solutions, pas sur le problème
    • Imagine le pire scénario. Tu n’as pas le choix : tu es dos au mur, tu dois te relever et faire rapidement ton choix. Inutile de te plaindre, il te faut désormais agir au plus vite. Que ferais-tu pour retrouver rapidement ton équilibre ? Qu’est-ce qui a le plus de chances de te rendre heureux/heureuse ?

 

  • Garde à l’esprit qu’il y aura toujours une part d’inconnu.

 

  • Trouve des exemples inspirants de gens dans la même situation que toi actuellement qui ont osé se jeter à l’eau et sont ravis de leur choix.

 

  • Comment ton entourage vit-il tes doutes actuels ? Combien de temps vas-tu encore lui « imposer » ton éternel questionnement ?

 

  • Pense à une situation similaire que tu as déjà vécue, où tu avais peur de te lancer, mais tu l’as fait et tu en es ravi(e).

 

  • À l’inverse, as-tu déjà regretté de ne pas avoir agi plus tôt ?

 

Personnellement, après avoir pensé à tout cela, j’ai décidé d’arrêter mon choix. J’en ai marre d’avoir peur et d’hésiter. Je vais me lancer à fond et on verra bien ce que cela donne.

Ce que j’aime me répéter depuis que je suis petite, c’est qu’on prend les décisions que l’on juge les meilleures à un moment donné, en fonction des éléments qu’on a en notre possession à ce moment-là. Il est impossible de connaître le futur et d’imaginer tous les cas de figure dans les moindres détails. Mieux vaut essayer quelque chose, voir si cela fonctionne et éventuellement rectifier le tir plutôt que d’hésiter sans cesse et de ne rien faire.

Toi aussi, passe à l’action ! No regrets!

Que veux-tu faire de ta vie ?

By | Article, Réflexion | No Comments

Quelle est « ta mission de vie » ?

 

T’es-tu déjà demandé ce que tu fais sur Terre, à quoi tu veux vouer ton existence ?

Cette semaine, j’ai participé à deux journées et une soirée de formation en coaching.

Ce fut de nouveau très enrichissant. Nous nous sommes essentiellement penchés sur la façon d’aider à trouver sa « mission de vie » ou, pour le dire plus simplement, à identifier ce qu’on veut faire de sa vie, ce qui donne un sens à son existence. Vu qu’à chaque fois il s’agissait de coacher, puis de « servir de cobaye » pour qu’un autre coach puisse s’exercer, j’ai moi aussi eu l’occasion de réfléchir au sens de ma vie. Inutile de préciser que ce fut assez bouleversant. Nous avons tous vécu des moments mémorables, aussi bien comme coaches que comme coachés.

 

Quelques questions pour t’aider

C’est bien plus puissant de te faire accompagner. Certains exercices demandent d’ailleurs d’être à deux. J’aimerais toutefois te permettre d’avoir une première réflexion par toi-même.

Je t’invite donc à t’isoler quelques minutes et à réfléchir aux questions suivantes… Assure-toi que l’on ne risque pas de te déranger.

Voici 5 exercices que j’ai choisis pour toi. Il en existe d’autres, mais je crois que ceux-ci t’aideront déjà beaucoup.

Je te préviens : il est possible que certaines questions te touchent profondément. Accueille les émotions si elles viennent. Elles sont un merveilleux cadeau pour t’aider à découvrir ce qui compte vraiment pour toi. Mieux vaut s’en rendre compte maintenant : tu peux encore agir ! Il n’est jamais trop tard. N’oublie jamais que tu es maître de tes décisions.

 

  • Qu’aimais-tu faire lorsque tu étais petit(e) ? Qu’est-ce qui te passionnait ?

 

 

Ferme les yeux. Prends le temps de te replonger dans ton enfance. Qu’aimais-tu faire ? Qu’est-ce que tu aurais pu faire pendant des heures entières ? De quoi parlais-tu tout le temps ? De quoi rêvais-tu ?

Repenser à ton enfance va te permettre de te connecter plus facilement à ta vraie nature, à une époque où tu exprimais plus spontanément ce qui te passionne. Peut-être qu’actuellement tu ne t’autorises pas à faire des choses qui te procuraient beaucoup de plaisir quand tu étais plus jeune. Peut-être as-tu oublié à quel point telle ou telle chose était importante pour toi. Que se passerait-il si tu renouais avec ces joies du passé ?

 

  • Qui étaient tes héros d’enfance ?

 

Qu’admirais-tu chez eux ? Était-ce leur courage ? Leur débrouillardise ? Leur générosité ? Leur sens de l’humour ?

Qu’est-ce qui les rendait si merveilleux pour toi ?

Il y a de fortes chances que ces traits de caractère soient des valeurs importantes à tes yeux. Y resonger t’aidera à identifier ce qui est important pour toi, ce qui t’inspire.

Et maintenant ? Qui admires-tu ? Pourquoi ?

  • Qu’est-ce qui te rend pleinement heureux/heureuse ?

 

Repense à un moment où tu débordais de joie, où tout était vraiment parfait à tes yeux, où tu te sentais merveilleusement bien. Tu aurais voulu que cet instant dure toujours.

Que faisais-tu ? Avec qui étais-tu ?

Pense maintenant à deux autres moments très forts et très beaux dans ta vie.

Quels sont les points communs entre ces trois moments ?

 

Tu peux modifier cet exercice selon tes besoins. Si par exemple en ce moment tu as peur, tu as l’impression de manquer de courage, repense à une situation où tu étais très sûr(e) de toi.

Ou si tu vois les choses en noir et tu te demandes comment tu vas t’en sortir, repense à une situation très difficile où tu as pourtant trouvé la force de te relever.

Ferme les yeux. Pense à chaque détail et puise de la force dans ce souvenir. N’oublie pas que c’est en toi, que c’était toi. Tu as donc toutes les ressources nécessaires en toi.

 

  • Que veux-tu qu’on retienne de toi ?

 

Passons maintenant à un exercice un peu plus délicat…

Imagine que tu sois mort(e) et que tu assistes à ton enterrement ou à ton incinération. Ceux que tu aimes sont là et te rendent hommage. Que voudrais-tu que tes proches disent à propos de toi ? Comment aimerais-tu qu’ils te décrivent ? Que voudrais-tu qu’ils retiennent de toi ?

 

Si tu préfères une version un peu plus « light », imagine que tu as 90 ans. Tous ceux que tu aimes se sont réunis pour l’occasion. Que voudrais-tu que l’on dise à propos de ta vie et des valeurs que tu as incarnées ? Qu’est-ce qui est important pour toi ?

 

  • À quoi ressemble ta semaine idéale ?

 

 

Repense aux 7 derniers jours. Imagine que ce soient les derniers. Que supprimerais-tu ? Que garderais-tu absolument ? Que ferais-tu à la place ? Quelles sont les activités (professionnelles ou privées) qui te nourrissent, qui te font vibrer et te rendent heureux/heureuse ? Que voudrais-tu faire une dernière fois ? Que veux-tu arrêter de faire pour utiliser pleinement ces dernières heures ?

 

 

Maintenant, c’est à toi d’agir !

Peut-être que certaines questions t’ont chamboulé(e). Peut-être observes-tu un décalage entre ce que tu voudrais et ce que tu fais ou vis actuellement. Pas de panique ! C’est déjà une très bonne nouvelle en soi : tu as découvert des choses importantes pour toi. Mieux vaut les découvrir maintenant plutôt que d’arriver à la fin de ta vie avec des regrets. Laisse le passé où il est, tu ne peux pas le changer. Maintenant, regarde vers l’avenir et demande-toi ce que tu peux faire dès aujourd’hui pour te sentir bien, pour que ta vie soit davantage en adéquation avec ce qui compte pour toi. Qu’est-ce qui est sous ton influence ? Que peux-tu faire concrètement ? Même si cela te semble difficile, je suis certaine que tu peux au moins faire un premier petit pas. Peu importe que tu n’aies pas fait plus tôt telle ou telle chose : ce qui compte, c’est maintenant. On s’en fout du passé. Tu peux agir et tout changer petit à petit.

Tu es le capitaine de ton bateau. Il suffit de donner un léger coup de barre à gauche ou à droite pour rectifier le tir et tendre vers la direction voulue. Mais au passage, n’oublie pas de profiter de la traversée. Chaque jour. Car c’est le voyage qui compte. Pas la destination…