Category

Non classé

Chance ou pas de chance ? (semaine 38)

By | Non classé | No Comments

 

Je suis de nouveau malade. Impossible de parler. Et hier, j’étais complètement chaos, « hors service ». J’étais déjà sous antibiotiques vu que j’avais une rhinopharyngite qui s’éternisait. Mais là, le médecin m’a prescrit des antibiotiques encore plus forts. Son verdict : maintenant, j’ai une angine blanche, un aphte très douloureux et une sorte de mycose sur la langue (en réaction aux premiers antibiotiques – eh oui, les effets indésirables, ça existe ! Yeah !). J’ai mal en continu et c’est encore pire quand je mange, bois ou dis quelques mots. Du coup, je reprends ma plume et mets de côté ma caméra.

 

J’en profite pour te parler de la chance. Ou plutôt de la sensation de ne pas avoir de chance…

 

Jusqu’il y a peu, je croyais ne jamais avoir de chance. Je pensais que les tuiles me tombaient tout le temps dessus. Je me demandais pourquoi le sort semblait s’acharner sur moi. Oh, au fond de moi, je savais bien que ce n’était pas tout à fait vrai, qu’il y avait toujours pire comme situation, que je n’avais pas le droit de me plaindre. Mais c’était plus fort que moi : je voyais le verre à moitié vide. Ça t’est peut-être déjà arrivé ?

 

Cette semaine, j’ai constaté que petit à petit, je suis vraiment en train de changer d’état d’esprit. J’ai eu plusieurs occasions de vraiment m’énerver et de voir le verre à moitié vide, mais je ne l’ai pas fait. J’ai tâché de voir le côté positif des choses. Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance…

 

 

 

Choses énervantes qui me sont arrivées cette semaine

 

  • Lundi matin, j’ai fait tomber mon smartphone dans la cuvette des toilettes (note à moi-même : ne plus JAMAIS mettre mon smartphone dans la poche arrière de mon pantalon !). Il y a mieux comme façon de commencer sa semaine !

 

  • Lundi, j’avais prévu d’avancer beaucoup plus dans la création de mon site Internet, mais j’ai été très sollicitée. Je n’ai rien pu faire pour le site ce jour-là.

 

  • J’ai interviewé quelqu’un via Skype. C’était super. Mais je me suis rendu compte par après que le logiciel n’a pas enregistré ce que je disais dans mon micro. Du coup, on entend l’interviewé, on me voit, mais on ne m’entend pas. Stupide erreur que j’aurais pu éviter simplement. Résultat, je vais devoir soit réenregistrer mes questions, soit refaire toute l’interview. Impossible maintenant vu que je ne sais plus parler.

 

  • J’ai de nouveau oublié que le mercredi, mon fils doit être 15 minutes plus tôt à l’école. Du coup, je l’ai déposé à l’heure habituelle (mais il était donc en retard).

 

  • Je me suis rendue à Anvers pour un événement professionnel. Ça commençait très tôt et les organisateurs insistaient pour qu’on soit à l’heure. J’ai attrapé mon train, mais il est arrivé en retard à Louvain, ce qui m’a fait rater ma correspondance. Je suis arrivée 30 minutes plus tard que prévu à Anvers. Il ne me restait plus que quelques minutes pour atteindre le lieu de l’événement. Mais impossible de trouver un taxi pour me rendre à la salle alors qu’en temps normal il y a toujours des taxis à côté de la gare. Et le vieux GSM de remplacement que j’utilisais (cf. le plongeon de mon smartphone dans les WC) ne me permettait pas d’aller sur Internet pour trouver une solution (transports en commun ou taxi).

 

  • Vendredi, j’étais complètement chaos à cause de mes problèmes médicaux. Or, j’avais prévu de terminer la création de mon site Internet vendredi matin et ce week-end.

 

Mais à côté de cela, il y a eu des choses très positives :

 

  • Mon smartphone s’est « reposé » plusieurs jours dans un bac rempli de riz et maintenant, il refonctionne ! J’en ai même profité pour copier sur mon ordinateur toutes les photos que j’ai prises ces derniers mois. Tout est donc bien qui finit bien, car j’aurais pu perdre mon smartphone et toutes les photos/vidéos qu’il contenait, dont certaines étaient vraiment précieuses à mes yeux. Dire qu’il y a quelques jours je me disais « Il faudrait que je prenne enfin le temps de copier mes photos pour éviter de tout perdre »…

 

  • J’ai eu de nouveaux clients et des clients récents ont repassé commande.

 

  • Après ma déception du lundi, je me suis resaisie et j’ai bien avancé dans la création de mon site Internet. J’ai gardé mon sang-froid face à certains problèmes techniques et petit à petit, j’ai résolu tout ce qui me bloquait depuis un certain temps. Rester calme et positive m’a vraiment aidée. J’ai repensé à la « force de l’eau » dont je te parlais la semaine dernière. J’ai tâché de m’adapter. J’ai pu prendre du recul et trouver des alternatives. En m’énervant, je ne voyais que les problèmes, alors qu’en restant calme, j’ai vu des solutions.

 

  • L’interview via Skype fut très intéressante. À côté de cela, c’est aussi une petite victoire car jusqu’il y a peu, je me braquais : Skype ne fonctionnait pas. Cela m’handicapait beaucoup dans mes projets. Les gens ne m’entendaient pas. J’étais persuadée que c’était à cause de ma connexion Internet (pour rappel, dans ma rue, je fais partie des 3 ou 4 maisons avec une mauvaise connexion, ce qui est très frustrant – mon informaticien blague avec cela, mais moi ça m’énerve au plus haut point). J’avais même envisagé d’aller de temps en temps dans un espace de coworking pour réaliser des interviews. Mais j’ai tout résolu en achetant un nouveau casque micro et une webcam, ainsi qu’en réinstallant Skype. Malgré ma maison en travaux, j’ai aussi réussi à orienter la webcam vers un petit coin plus ou moins présentable. Bref, j’ai résolu un truc tout bête, mais qui me « bouffait » et alimentait ma sensation de ne pas avoir de chance. Youpi !

 

  • Je suis arrivée à l’heure à l’école tous les jours sauf le mercredi matin (car j’avais oublié que c’était 15 minutes plus tôt). Je suis aussi arrivée à l’heure à la réunion de parents, à un événement professionnel important et à la gare pour attraper le train en direction d’Anvers. Pour y arriver, je me suis mieux organisée: j’ai à chaque fois tout préparé la veille (tartines de mon fils, analyse des itinéraires, préparation des vêtements et des cartes de visite, etc.) et j’ai utilisé un réveil pour me prévenir qu’il était temps d’arrêter de travailler. Je sais, cela semble tout bête et je sais depuis longtemps qu’il faut agir ainsi, mais je ne le faisais pas encore, je faisais tout à la dernière minute. Petite tape sur l’épaule, donc !

 

  • Mercredi après-midi, j’ai été au cirque Bouglione avec mon fils et mon mari. Un fantastique spectacle que je te recommande vivement. Même les adultes sont émerveillés (notamment par un spectacle de magie époustouflant et un show incroyable avec des lasers). Le soir, avant de rentrer, nous sommes allés au restaurant. Des instants magiques en famille. C’était vraiment super chouette. Entre parenthèses, j’avais oublié mon écharpe (qui était en outre tombée des gradins et donc invisible), mais je m’en suis rendu compte et on l’a retrouvée. Qui a dit que je n’avais pas de chance ?

 

  • Finalement, je suis quand même allée à l’événement à Anvers. Un membre de l’organisation m’a dit que je pouvais venir car plus de la moitié des participants étaient en retard à cause de gros embarras de circulation. J’ai finalement trouvé un taxi et j’ai eu une conversation très sympa avec le chauffeur. À l’événement, vu que j’étais en retard et que les autres places étaient prises, j’ai pu occuper une place VIP au premier rang, ce qui m’a permis de participer à un exercice sur le podium ; puis, quelques minutes plus tard, de prendre la parole devant tout le monde. J’ai rencontré des gens extra et j’ai eu des idées pour mes projets professionnels. Cela m’a motivée. Peut-être aussi que j’ai trouvé de futurs clients, qui sait !

 

  • Jeudi après-midi, la personne que je devais interviewer le vendredi a annulé notre rendez-vous: ça tombait bien vu que j’étais chaos le jour J !

 

  • Vendredi, vu que j’étais très malade et que l’interview était annulée, j’en ai profité pour lever le pied au travail. Je me suis reposée et j’ai pris soin de moi. Je n’ai pas tardé non plus à voir le médecin. Je n’ai pas culpabilisé vis-à-vis de mon site Internet. J’ai écouté mon corps et je me suis respectée. J’ai fait plusieurs siestes et le soir, je me suis détendue devant mon programme TV préféré. OK, j’ai encore très mal, mais cela va passer…

 

 

Bref, tu le verras comme moi : finalement, il n’y a pas de quoi me plaindre ! Certes, il y a eu des aspects moins agréables, mais ils sont contrebalancés par de belles surprises ou de grandes victoires sur moi-même.

 

Et toi ? Comment considères-tu ce qui t’arrive ?

 

Vois-tu le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

 

Personnellement, je crois que la vie est faite de choses agréables et moins agréables, de victoires et d’épreuves. Un même événement peut être perçu de deux façons différentes. Ce qui change, c’est l’interprétation que nous en faisons, la charge émotionnelle que nous associons à ce fait.

 

Certaines personnes ont vécu de grandes épreuves dans leur vie : elles ont perdu un enfant, elles ont attrapé un cancer, on leur a amputé un membre, etc.

 

Pourquoi est-ce que face au même événement tragique, certains se surpassent et font preuve d’un formidable courage, alors que d’autres se plaignent ou se suicident ?

 

Ce n’est donc pas ce qui nous arrive qui compte, mais la façon dont nous décidons d’agir.

 

Même les plus grandes épreuves recèlent un cadeau caché. Reste à le trouver et à le garder en tête.

 

Je vais prendre deux exemples personnels.

  • Dans exactement deux semaines, le 16 décembre, cela fera un an que mon père est décédé. Jusqu’ici, ce fut l’événement le plus douloureux de ma vie. J’en pleure encore de temps en temps, tellement mon père me manque. Mais en même temps, son départ a été le déclencheur de ma « transformation ». En fait, c’est à la fois ma plus grande épreuve et mon plus beau cadeau. J’ai ressenti tellement d’amour et de sympathie de la part de nos proches dans les jours qui ont suivi le décès, que j’ai compris que je m’éloignais de ce que je voulais faire de ma vie. J’ai compris que j’étais née pour donner de moi-même et aider les autres. C’est ainsi que j’ai commencé ma formation en coaching et que j’ai entamé mon projet professionnel pour mettre les autres en lumière, notamment par le biais d’interviews. J’ai aussi compris qu’il était temps que je prenne soin de moi et passe plus de temps avec mes proches, car la vie est courte. Durant cette année, j’ai fait un incroyable travail sur moi, j’ai créé le blog « Je gère ma vie » et j’ai rencontré une foule de personnes merveilleuses. C’est vraiment dingue comme ma vie s’est enrichie par toutes ces rencontres. Je dirais que je viens de vivre l’une des plus belles années de ma vie.

 

  • Pendant 3 ans, voilà de nombreuses années, j’ai été amoureuse d’un pervers narcissique. Il a complètement miné ma confiance en moi et m’a laissé des traces psychologiques encore bien présentes. J’ai été tellement mal qu’à l’époque, j’ai pensé à me suicider. Et pourtant, là aussi, il y avait un cadeau caché. Premièrement, j’ai réussi, par moi-même, à me sortir de ses griffes. Quand j’y repense, je me rappelle que j’ai beaucoup de courage et de force en moi. J’ai été capable de me sortir de là, je pourrai encore surmonter des épreuves. Ensuite, une fois que j’ai pris la décision de le quitter, mes parents m’ont beaucoup soutenue (ils l’avaient aussi fait quand j’étais avec lui, mais je ne voulais écouter personne). C’est à partir de ce moment-là que je me suis beaucoup plus rapprochée de mon père et que nous avons bâti cette belle complicité.

 

Et je pourrais encore continuer avec d’autres épreuves personnelles, mais tu as sûrement compris où je veux en venir.

 

Je crois que derrière chaque épreuve (ou parlons plutôt de « défi »), il y a toujours un cadeau caché, quelque chose à apprendre, des personnes à rencontrer, etc.

 

Et si comme moi, tu tâchais désormais de voir le verre à moitié plein ?

 

N’oublie jamais : tu es l’acteur et le créateur de ta vie. Pas une victime.

 

Alors, que vas-tu faire dès aujourd’hui pour changer ce qui te dérange ?

 

Utilises-tu la bonne stratégie pour gérer ta vie ? (semaine 37)

By | Non classé | No Comments

J’ai fait une découverte intéressante ce week-end, lors de ma formation en coaching.

Elle m’a beaucoup aidée, voilà pourquoi je la partage volontiers avec toi.

Regarde attentivement cette vidéo, puis réfléchis à ton mode de fonctionnement.

Peut-être est-il temps de changer de stratégie ?

Cette vidéo va t’aider à appliquer d’autres techniques pour atteindre tes objectifs…

 

 

 

Témoignage : le Miracle Morning de Nadège

By | Non classé | No Comments

On continue avec les témoignages à propos du Miracle Morning. 🙂

Pour rappel :

– dans cet article, je t’avais expliqué en quoi consiste le Miracle Morning : https://jegeremavie.be/defi-du-mois-le-miracle-morning/

– j’ai ensuite partagé mon expérience en m’exprimant sur ce blog : https://www.blossomintofreedom.com/miracle-morning-temoignages/

– puis, Laouëna nous a expliqué comment elle intègre ces bonnes habitudes dans son quotidien : https://jegeremavie.be/le-miracle-morning-de-laouena-temoignage/

 

Aujourd’hui, je cède la parole à Nadège.

Un nouveau témoignage inspirant qui devrait te plaire.

Personnellement, je suis épatée par cette maman solo de trois enfants qui respire la sérénité et a réussi, grâce au Miracle Morning, à écrire deux livres : « Mon petit cahier de rangement » et un deuxième qui paraîtra au printemps. Comme quoi, hein, il n’y a pas d’excuses : même en élevant seule trois enfants et en menant de front une vie professionnelle très active, il est possible (et même souhaitable) de prendre du temps pour soi chaque matin.

Si tu veux en savoir plus sur ses activités (elle est spécialisée en Feng Shui), je t’invite à consulter son site Internet : https://effet-feng-shui.fr/consultante-feng-shui-loire-atlantique/. Elle organise régulièrement des conférences et des webinaires.

Je propose de l’interviewer dans quelque temps : je crois que toi aussi tu seras intéressé(e) par quelques conseils pour te sentir mieux dans ta maison !

Comme Laouëna, Nadège est vraiment ce qu’on appelle « une belle personne » et je suis ravie que mon défi « Je gère ma vie » l’ait mise sur mon chemin.

Que de belles rencontres ces derniers mois ! Merci pour ce beau cadeau de la vie.

 

La semaine prochaine, j’interviewerai Benoît en « face à face » via Skype. Encore quelqu’un d’extra qui pratique le Miracle Morning depuis de nombreux mois. J’ai hâte de te le présenter !

P.-S. : si toi aussi tu pratiques le Miracle Morning et tu souhaites partager ton expérience, envoie-moi un message privé sur la page Facebook de « Je gère ma vie » ou envoie-moi un e-mail à laura@fontainedemots.be.

 

Et maintenant, place à Nadège ! 🙂

 

 

Toi aussi tu peux changer !

By | Non classé | 4 Comments
Petit message spontané car je tenais à te dire…

un grand MERCI de ton soutien ces derniers mois !

Dans quelques jours, je mettrai en ligne le nouveau site Internet de mon agence de traduction.
C’est une étape importante pour moi. Je prépare cela depuis des mois. Plus je me rapproche du jour J et plus j’ai peur de me lancer. Bah, je sais, tu me diras que ce n’est qu’un site Internet, qu’il n’y a pas de quoi en faire un fromage… Tu as sans doute raison. Je ne devrais pas autant me prendre la tête avec cela…
Mais sache que j’ai vraiment pris sur moi ces derniers mois. Je suis sortie de ma zone de confort. Chaque jour, j’ai avancé, effectuant une petite tâche après l’autre, persévérant face aux problèmes techniques et aux imprévus, pleurant parfois tellement je luttais contre mes mauvais réflexes mais continuant quand même à tout préparer. Il y a quelques mois, je m’en sentais incapable. Je travaillais sans cesse, mais ne prenais jamais le temps de me pencher sur mon marketing. Je reportais tout le temps cela au lendemain. Quelqu’un m’a même dit que je n’y arriverais pas, que je ne changerais jamais (« sinon j’aurais déjà changé depuis longtemps ») et que je ferais mieux d’abandonner. Cela m’a beaucoup blessée car si, je suis capable de changer !
Petit à petit, jour après jour, j’ai affronté mes peurs. J’ai même osé refuser certaines commandes pour me consacrer à la création de mon site. J’ai appris à maîtriser les aspects informatiques.
Aujourd’hui, j’ai vu mon coach. Depuis quelques jours, j’étais morte de trouille à l’idée de dévoiler ce que je prépare et de m’exposer aux critiques. Que veux-tu, je suis encore perfectionniste. Il me faudra sans doute encore un peu de temps pour l’être un peu moins. 😉
J’ai repensé à la mission commerciale de 3 mois que j’ai effectuée toute seule en Inde ainsi qu’aux autres choses dont je suis fière.
J’ai repensé à tout le chemin parcouru depuis la création de mon blog « Je gère ma vie ».
J’ai pensé à toi, aux 1 555 personnes qui suivent ma page Facebook et à tous ceux qui m’ont encouragée ou témoigné de la sympathie.
Cela m’a fait beaucoup de bien.

Oui, je peux changer. Et j’ai déjà changé.

J’ai encore des tas de choses à améliorer. Je n’ai pas encore trouvé mon équilibre de vie. Je veux notamment passer plus de temps avec ma famille. Mais je progresse et c’est ça qui compte.
Une chose à la fois…
Merci donc de m’avoir portée ces 7 derniers mois, de m’avoir aidée à croire en moi.

Toi aussi, si tu veux changer quelque chose dans ta vie, c’est possible.

Oh, ce ne sera pas toujours facile. Peut-être te décourageras-tu et pleureras-tu de temps en temps comme moi, car tu lutteras contre de mauvaises habitudes très ancrées.
Mais fais-toi confiance. Ne laisse jamais personne te juger ou te dire que tu es incapable de changer. Toi aussi tu débordes d’énergie. Toi aussi tu as déjà accompli de belles choses par le passé et tu peux à nouveau te surpasser si tu le désires.
Sans doute aussi auras-tu peur comme moi en ce moment.
C’est normal. C’est justement le signe que c’est important pour toi.
Le lancement de mon site ne sera qu’une première étape. Mais cela symbolise mon début de transformation. Cela me prouve que je suis capable de changer. C’est pour cela que c’est important et que cela me fait peur. Mais j’ai décidé de ne pas rester paralysée par cette peur et de me lancer.
Je terminerai par cette citation de Neil Gaiman, que j’ai mise en couverture de mon agenda :

« Le courage, c’est quand on a peur, mais qu’on y va quand même. »

Et cette autre citation (anonyme), au dos de mon agenda :

« J’ai encore un long chemin à parcourir. Mais je suis déjà très loin de là où j’étais et j’en suis fière. »

Courage !
Quel que soit ton objectif (passer plus de temps avec ta famille, te lever plus tôt, faire du sport, arrêter de fumer, faire régime, etc.), toi aussi tu peux changer et t’améliorer !
Laura

Organise-toi à ta façon (SEMAINE 35)

By | Non classé | No Comments

Pas de vidéo aujourd’hui

Si tu suis ma page Facebook (www.facebook.com/jegeremavie.be/), tu auras peut-être lu que je suis malade.

Je n’ai plus de voix (sans doute à cause d’une angine), du coup je poste exceptionnellement un article. C’est mieux qu’une vidéo sans son, non ? ;-).

 

 

 

Analyse de

mon Miracle Morning

 

Cette semaine, j’ai continué à prendre du temps pour moi et à effectuer les exercices du Miracle Morning. Mais ça ne s’est pas du tout passé comme les premiers jours…

Je n’ai pas réussi une seule fois à me lever avant mon fils. J’étais vraiment fatiguée (en partie car j’étais en train de tomber malade). Du coup, j’ai plutôt appliqué le Miracle Morning après avoir conduit mon fils à l’école, juste avant de commencer à travailler. Vu que l’horaire n’était plus le même et que j’avais déjà plein de choses à faire en rentrant chez moi, j’ai modifié mon Miracle Morning. Je me suis contentée chaque matin d’une « séance » de 15 à 30 minutes durant laquelle :

  • j’ai médité/fait silence en fermant les yeux
  • j’ai regardé mon PowerPoint de motivation en écoutant ma musique stimulante (« Dream It Possible »)
  • j’ai fait des exercices de visualisation en écoutant de la musique (autrement dit, j’ai fermé les yeux et imaginé la femme que je veux devenir/chaque étape à accomplir pour concrétiser mes projets)
  • j’ai analysé mon planning de la journée

J’ai écouté des formations sous format audio tout en conduisant (sur le chemin du retour, puisqu’à l’aller on écoute un CD pour mon fils).

Le soir, j’ai lu 15 à 30 minutes dans mon lit. Je n’ai pas du tout fait de sport cette semaine.

J’ai été déçue de ne pas parvenir à me lever tôt, mais c’était assez compréhensible : j’ai participé à des événements professionnels qui m’ont par deux fois fait rentrer vers minuit, j’ai eu des journées très intenses et en plus, je suis tombée malade. J’ai donc tâché de m’accepter ainsi, d’être plus douce avec moi-même. Ma priorité, c’était de prendre chaque jour du temps pour moi. Tant pis si c’était à des heures différentes de ce que j’avais prévu. Dans l’ensemble, je suis donc contente d’avoir appliqué le Miracle Morning à ma sauce.

 

 

 

Points d’amélioration

pour la semaine prochaine

 

 Faire du sport

Je vais commencer par introduire le mini-bike dans ma routine (en traitant mes e-mails, par exemple). Quand ce sera une habitude, je ferai aussi du trampoline et d’autres exercices. Et à terme, j’ajouterai la pratique régulière d’un « vrai » sport.

Dire des affirmations positives

J’ai complètement oublié d’en dire cette semaine. Or, je sais que ça m’aide à garder le moral.

 

Conduire mon fils

à l’heure à l’école

Ça m’énerve de livrer mes projets professionnels à temps, mais d’être presque systématiquement 10 à 15 minutes en retard à l’école de mon fils. C’est trop la course le matin quand je ne me lève pas avant mon fils. Je veux que ça change car ça le pénalise. Les enfants voient en effet du vocabulaire important au début de la journée : le jour de la semaine, la météo, etc. C’est d’autant plus important que mon fils (de bientôt 4 ans) va à l’école dans une autre langue. Il ne doit donc pas rater les cours. De toute façon, je n’ai pas le choix : je vais devoir changer. J’ai eu des remarques des enseignantes et je suis convoquée à une petite réunion. Snif ! Je suis tout de suite tentée de me dire que je suis une mauvaise mère, mais ce n’est pas vrai. Je fais de mon mieux. Je vais m’organiser autrement, notamment en réveillant mon fils plus tôt et en consultant son journal de classe la veille. Car franchement, je ne sais pas si ça t’est déjà arrivé, mais ouvrir le journal de classe le matin et se rendre compte qu’il faut, pour le jour même (!), apporter 5 € pour une excursion (alors qu’on n’a pas d’argent liquide dans son porte-monnaie) ou 2 œufs pour un bricolage (alors qu’on n’en a pas dans son frigo), c’est le meilleur moyen d’arriver en retard et de commencer la journée de mauvaise humeur…

 

 

Quelques conseils

pour conclure

 

Comme le disait Laouëna dans son témoignage et comme je l’ai vu par moi-même, il est important d’adapter le Miracle Morning à sa réalité.

 

Analyse ton temps de sommeil

De combien d’heures de sommeil as-tu besoin ? Personnellement, je crois qu’il me faut 8 heures et non pas 7 heures de sommeil pour être en forme. Surtout avec tout ce que je fais en ce moment. Mon corps a besoin de repos. Mieux vaut donc dormir davantage et être plus productif, que de s’acharner à rogner son temps de sommeil.

Vois comment répartir tes exercices

Certaines personnes font leurs exercices du Miracle Morning d’un bloc, dès le lever. D’autres, comme moi, les répartissent tout au long de la journée.

 

 

Personnellement, voilà ce qui semble me convenir :

  • Le matin : méditation, affirmations positives et visualisation
  • Sur le temps de midi : sport (dans une pièce séparée ou tout en répondant à mes e-mails)
  • Avant d’aller dormir : lecture (dans mon lit)

+ certains jours : écriture

Cela me permet de répartir ces temps de pause et de ne pas avoir l’impression d’avoir passé trop de temps à mes activités de Miracle Morning.

Et toi ? Que préfères-tu ? Qu’est-ce qui est le plus compatible avec ton emploi du temps ?

Privilégie la régularité

La priorité, selon moi, c’est d’appliquer chaque jour le Miracle Morning. Peu importe le nombre d’exercices ou la durée. Prends chaque jour du temps pour toi (même quelques minutes si tu es débordé(e) !), pour te détendre et prendre soin de toi. Une fois que ce sera une habitude, tu pourras varier les activités, allonger ou réduire la durée des exercices, etc. Bref, tu pourras faire ce que tu veux. Mais je crois que dans un premier temps, il est utile de prendre l’habitude de consacrer chaque jour quelques minutes à ton bien-être.

Accepte-toi

Tu seras peut-être tenté(e) de râler car tu n’as pas réussi à te lever, tu aurais voulu faire plus de sport, etc. Dis-toi que ce n’est pas grave. Introduire une nouvelle habitude prend du temps. Chaque jour est une nouvelle occasion de changer. Félicite-toi de tes efforts et tes progrès. Tu y arriveras petit à petit.

 

Bonne continuation !

 

Je t’embrasse,

 

Laura

Le Miracle Morning de Laouëna (témoignage)

By | Non classé | No Comments

Il y a quelques jours, j’ai raconté sur le blog Blossom Into Freedom comment je vivais mon Miracle Morning avant de me lancer le défi de l’intégrer vraiment dans mes habitudes.

Si tu n’as pas encore lu mon témoignage, découvre-le ici, avec celui d’autres personnes : https://www.blossomintofreedom.com/miracle-morning-temoignages/.

 

Aujourd’hui, je te propose un autre partage d’expérience à propos du Miracle Morning : celui de Laouëna. Un grand merci à elle !

P.-S. : les « SAVERS » dont elle parle, ce sont les exercices recommandés par l’auteur du livre « Miracle Morning » (faire silence, dire tout haut des affirmations positives, visualiser mentalement ce qu’on veut, faire du sport, lire et écrire). Je t’en parlais dans l’article « Défi du mois : le Miracle Morning ».

 

 

Je m’appelle Laouëna. J’ai 22 ans. Je suis étudiante à Nanterre, mais originaire de Bretagne. Cela fait environ 3 ans que j’ai découvert le Miracle Morning. Arrivée en 2e année de fac, je n’étais pas satisfaite de la façon dont je menais ma vie à quasiment tous les niveaux (ma gestion du temps, mes relations, mon corps, mes finances …). C’est à ce moment-là que je me suis penchée sur le développement personnel. J’aime beaucoup lire des blogs et des articles, et c’est de cette façon que j’ai rencontré le MM, à travers un article écrit par un entrepreneur qui en tirait une expérience très positive. J’ai voulu essayer, alors j’ai cherché d’autres témoignages et j’ai fini par acheter les deux livres. J’ai très vite adhéré au concept !

 

L’un des aspects sur lesquels j’ai le plus à travailler, c’est ma difficulté à rendre pérenne ce que j’entreprends. Et ça n’a pas raté pour le Miracle Morning. La plus longue période durant laquelle j’ai réussi à le pratiquer a été de 5 mois la première année. Au début, j’ai dû m’accrocher : se lever tôt était difficile. Ensuite, j’ai plus ou moins trouvé un rythme en essayant d’adapter mon heure de réveil à mon temps de sommeil. Je me levais entre 6h et 7h en me donnant 15 minutes pour émerger et j’enchaînais sur les SAVERS, dans l’ordre. Le tout me prenait environ 1h30 en incluant une séance de sport à la maison ou un footing de 20 min. J’ai fini par lâcher, car je n’habitais plus vraiment seule ayant rencontré mon homme. J’ai eu de grandes difficultés à associer le MM et une nouvelle personne dans ma vie et donc un nouveau rythme. L’année et demie qui a suivi, j’ai fait le MM sur de courtes périodes, quand j’en avais le plus besoin : lors de mes examens ou de périodes de grand stress, par exemple.

 

Depuis 4 mois environ, j’ai repris la pratique régulière des SAVERS. J’arrive à composer avec la présence de mon homme (et de nos chats) et je ne m’impose pas de rythme strict. Je me suis donné comme objectif de réaliser tous les SAVERS dans la journée sans me mettre de pression et ça marche bien mieux pour moi de cette façon. Petit à petit, j’essaie de les regrouper par deux et d’instaurer un rituel tout au long de ma journée pour que ça devienne un automatisme. Mon deuxième objectif est d’en faire 5 le matin et 2 le soir (2 fois l’exercice) pour un jour réussir à tous les faire le matin.

 

Cette année, je suis en année sabbatique. Je n’ai donc pas d’emploi du temps. Mais j’ai décidé qu’à partir de novembre, j’allais recadrer mon quotidien pour tirer de cette année le meilleur qu’elle a à m’offrir ! Je vais me lever vers 7h, commencer par la séquence « silence-affirmations-visualisation », puis faire 45 minutes de yoga et terminer avec l’écriture en faisant les Morning Pages de Julia Cameron dans « The artist way at work ». Le soir, je referai 20 minutes de yoga et de la lecture. Pour le moment, le week-end, je fais un peu de méditation et je lis, mais je ne fais pas forcément le reste. Pendant les vacances, c’est selon mes envies. Cependant, j’ai toujours essayé d’avoir un minimum de rigueur dans ma pratique en faisant les SAVERS de manière condensée.

 

Faire le Miracle Morning m’a permis d’être beaucoup plus attentive à ce dont j’ai réellement besoin et envie au quotidien, à ne plus m’engager sur des routes qui ne me font pas plaisir et qui sont toxiques et aussi à m’affirmer en étant moi-même et pas celle que les autres voulaient que je sois. J’arrive à terminer des projets qu’auparavant j’aurais rapidement laissé tomber et j’attire de bonnes choses à moi (j’ai récemment été élue présidente d’une association étudiante et j’ai décroché un emploi qui me tient à cœur). Il y a encore du chemin à faire, mais je suis lancée et je n’ai pas l’intention de faire marche arrière à présent.

 

Si je peux donner deux conseils, c’est de ne pas culpabiliser et d’adapter le MM à son mode de vie. Tout le monde n’est pas fait pour se lever à 5h tous les matins sous la canicule ou la neige pour aller courir 10 km. Se lever à 5h nécessite de se coucher tôt, mais certains emplois du temps ne le permettent simplement pas. C’est pour cela qu’il ne faut pas dramatiser si vous ne pouvez pas faire tous les SAVERS au petit matin. Le tout est de s’y retrouver et de s’épanouir dans la pratique, sinon elle n’apportera pas les bénéfices attendus. Doucement, vous forgerez votre moule et casserez celui où l’on veut vous forcer à rentrer.

 

Avec toute mon affection,

 

Laouëna

Le premier Miracle Morning d’une longue série

By | Non classé | No Comments

Tu te demandes à quoi ressemble concrètement un Miracle Morning ?

Voici celui que je viens de faire, ce matin…

 

La veille : aller dormir à temps

Hier soir, pour une fois, mon mari et moi avons regardé la télévision. Plus précisément, nous avons visionné un programme enregistré depuis plusieurs mois (jusqu’ici, nous n’avions jamais pris le temps de le regarder alors qu’il nous plaît beaucoup). Je voulais absolument faire mon Miracle Morning. J’ai donc résisté à l’envie de regarder un autre épisode, enregistré lui aussi (non, je n’allais pas tout « m’enfiler » jusqu’aux petites heures). Par contre, nous n’avons pas tout de suite éteint et avons été « happés » par ce qui passait à la télévision (la prochaine fois, je coupe direct !). Nous avons été dormir vers 22h40. Pas mal, en soi. Étrangement, je n’ai pas culpabilisé d’être dans mon lit 40 minutes plus tard que prévu. Je me suis réjouie d’y être plus tôt que d’habitude  (j’ai tendance à considérer que j’ai « droit » à chaque minute jusqu’à minuit). Après avoir réglé le réveil sur 6h afin d’avoir mes 7h de sommeil, je me suis endormie avec la conviction que j’arriverais à me lever et que je profiterais de ma matinée. Je te recommande de t’endormir avec une pensée de ce genre, comme le conseille d’ailleurs Hal Elrod dans son livre « Miracle Morning » (selon lui, en effet, la dernière pensée du soir est la première du matin – donc si tu te dis que tu n’arriveras pas à te lever, ce sera en effet très compliqué de poser les pieds par terre).

 

6h : réveil en musique

Comme je le disais hier soir dans mon article « Nouveau départ », j’ai tiré des leçons de mes autres tentatives pour faire un Miracle Morning. Cette fois, au lieu de laisser une horrible sonnerie qui ne donne qu’une envie – taper le plus vite possible sur le réveil et se rendormir – j’avais programmé une agréable musique : « Brussels is on my side » du chanteur belge Milow, en version live.

J’ai progressivement ouvert les yeux sous le bruit des applaudissements de la foule et le doux son de la guitare. J’ai décidé de savourer l’instant présent. Nous sommes un jour férié et mon fils est exceptionnellement chez ma mère jusqu’à ce soir. J’avais le temps. J’ai écouté les deux chansons suivantes de l’album « Maybe next year » (!) (« The Ride » et « Until the Morning Comes » (!)), puis je me suis levée sans le moindre problème, le cœur léger. Les paroles de la chanson « The Ride » semblaient m’être destinées : « Today, I’ve got nothing to lose » (Aujourd’hui, je n’ai rien à perdre)…

J’ai été à la toilette et j’ai bu un grand verre d’eau. Je me suis réjouie qu’il fasse noir et qu’il soit tôt (surtout pour un jour férié). Je ressentais déjà un profond sentiment de bien-être et la joie d’être parvenue à me lever. Mon mari, lui, s’est rendormi.

 

5 minutes de silence

Méditation, profondes respirations et pensées de gratitude

À 6h30, je me suis assise à mon bureau. J’ai fermé les yeux et pendant 5 minutes, j’ai médité. J’ai accueilli les pensées qui venaient à moi, mais je ne m’y suis pas accrochée. J’ai fait des respirations profondes, puis j’ai eu des pensées de gratitude (autrement dit, je me suis réjouie de certaines choses positives dans ma vie).

 

30 minutes de visualisation et motivation en musique

J’ai allumé mon PC et regardé cette vidéo (la chanson « Dream It Possible » d’Huawei) :

J’ai versé quelques larmes en repensant à mon père en ce jour de la Toussaint (pour rappel, il est décédé voilà près d’un an, une semaine avant Noël). Cet après-midi, j’irai d’ailleurs me recueillir sur sa tombe…

J’adore cette chanson « Dream it possible ». Elle m’encourage et symbolise vraiment mon combat jour après jour pour devenir la femme de mes rêves et améliorer ma vie. Je l’écoute très régulièrement ces derniers mois. C’est vraiment MA chanson, celle qui me porte. Elle décrit ce que je vis : cette volonté de me surpasser et de surmonter toutes les épreuves jusqu’à atteindre mon but, en gardant à l’esprit que c’est possible.

J’ai ensuite réécouté cette chanson en regardant un PowerPoint que je me suis créé. Un fichier dans lequel j’ai mis plein de belles images assorties de phrases pour m’encourager et me féliciter pour les progrès déjà accomplis.

Puis, j’ai écouté deux chansons en fermant les yeux :

« Now We Are Free », de Hans Zimmer (du film « Gladiator »)

Et « Time », de Hans Zimmer (du film « Inception »)

Ces deux films m’ont beaucoup marquée. Écouter leur musique phare revêt un grand sens symbolique pour moi.

« Now We Are Free », c’est aussi la musique qui est passée à mon mariage, lorsque je suis entrée dans l’église au bras de mon père et que tous mes proches étaient réunis autour de nous. En l’écoutant, je ressens beaucoup d’amour, d’émotion et de courage.

Les yeux fermés, j’ai donc repensé à ces instants, puis je me suis concentrée sur ce que je rêve d’atteindre et sur les actes à accomplir pour y arriver. C’est ce qu’on appelle une visualisation : je me suis revue à l’église, avec mon père, ma famille et mes amis. J’ai ressenti leur amour et leurs encouragements. Puis j’ai revu cette femme que je veux devenir (la meilleure version de moi-même) et je me suis vue faire tout ce qu’il faut pour être elle, étape après étape. Quand on a un objectif, il est en effet essentiel de savoir clairement ce qu’on veut atteindre, puis d’imaginer très précisément tous les actes à réaliser pour y parvenir. Si c’est flou dans sa tête, on a très peu de chance d’y arriver, car on ne sait pas comment faire.

 

30 minutes de lecture

J’ai ensuite lu 50 pages du livre « Les onze lois de la réussite » du célèbre coach américain Anthony Robbins. Entre nous soit dit, c’est une très mauvaise traduction, le titre original étant « Notes from a friend » (littéralement « Notes d’un ami » ou plus librement « De la part d’un ami »). Le titre anglais reflète beaucoup mieux l’esprit du livre : un ami (Anthony Robbins) qui nous aide à changer notre vie et nous invite, à notre tour, à aider d’autres personnes à se sentir bien. La première page le dit d’ailleurs très clairement : « Je dédie ce livre à tous ceux qui ont compris que l’amour est le plus grand don que la vie puisse leur faire et pour qui la plus grande joie sur terre est de le partager. »

Quelques phrases qui m’ont marquée :

« La pensée positive ne suffit pas pour réussir à inverser le cours des choses. Il vous faudra aussi de nouvelles stratégies et des plans précis pour changer votre façon de penser, de réagir et d’agir, chaque jour de votre existence. »

« VOTRE PASSÉ N’A RIEN À VOIR AVEC VOTRE AVENIR. C’est ce que vous faites à l’heure actuelle qui compte et  non pas ce que vous avez fait hier. »

« Chacun vit des problèmes et subit des déceptions et des frustrations, mais c’est notre façon de réagir à ces obstacles qui façonne notre existence. »

« Ce sont nos décisions et non pas les circonstances qui influent sur notre destin. »

Le livre est ainsi ponctué de conseils, de phrases inspirantes et d’histoires de personnes qui ont cru à leurs rêves et les ont atteints.

 

2h d’écriture en faisant du sport

J’aurais pu m’arrêter là pour aujourd’hui (et faire du sport pendant que je lisais). Cela m’aurait fait un Miracle Morning d’une heure, ce qui est vraiment super. Mais j’ai décidé de te partager en détail mon premier Miracle Morning d’une très longue série j’en suis sûre. Je viens donc d’écrire ces quelques mots pendant 2h, en faisant du mini-bike (tu sais, l’espèce de vélo que je mets sous mon bureau).

Je t’invite à revoir la 8e vidéo de mon défi, dans laquelle je te présentais mon matériel :

 

5 minutes de trampoline

…en étant concentrée et en faisant des affirmations positives

Pour terminer en beauté et être pleine de détermination, j’ai fini mon Miracle Morning par 5 minutes de trampoline, en pensant à mes objectifs du jour afin de savoir très clairement ce que j’allais faire. J’ai aussi prononcé quelques phrases positives (tout haut) pour me motiver. En effet, cela a plus d’impact lorsque tu dis des choses motivantes en bougeant : cela s’ancre davantage dans ton esprit.

 

À toi de jouer !

Voilà. J’espère que cet article te sera utile et te donnera des idées pour ton propre Miracle Morning. Bien sûr, à toi de voir ce qui t’inspire. Tu n’es pas obligé(e) de faire un Miracle Morning aussi long (3h), ni de reprendre chacun de mes exercices. D’ailleurs, moi-même, je compte varier la durée et les activités. Les jours prochains, je vais par exemple réduire le temps d’écriture ou remplacer le temps de lecture par le visionnage de vidéos. Je vais viser un Miracle Morning d’1h à 1h30. Et d’autres jours, je ferai un Miracle Morning express, de quelques minutes seulement. Mais une chose est sûre : cette fois, je me lance vraiment. Je VEUX faire le Miracle Morning tous les jours (week-end y compris) et JE VAIS LE FAIRE. Peu importe que ce soit pour 10 minutes ou plus longtemps. Cela me procure un grand sentiment de bien-être et ce sera très utile : je vais renforcer mon mental (grâce aux pensées et aux affirmations positives), perdre du poids et me muscler (grâce au sport quotidien), apprendre des choses utiles (grâce à mes lectures), structurer mes journées et rester concentrée sur mes actions essentielles, etc.

Toi aussi, tente l’expérience ! Commence par 15 minutes, par exemple. Le but n’est pas de faire un record et de passer toute la journée à cela. Déjà 10 ou 15 minutes, cela peut te faire un bien fou.

Consulte ce blog tout au long du mois pour d’autres conseils et témoignages afin de te motiver !

Lance-toi ! C’est possible si tu le décides.

 

Nouveau départ

By | Non classé | No Comments

Ces derniers mois, j’avais l’impression de dévaler une route à vélo. Tellement vite qu’il m’était impossible de regarder autour de moi sans risquer un vol plané et deux dents cassées. Le nez ainsi dans le guidon, je ne savais plus trop vers où j’allais. Il était temps que je m’arrête, que je souffle, regarde le chemin parcouru et me demande si je veux plutôt atteindre cette montagne à gauche ou ce lac à droite…

 

Des rencontres touchantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je viens donc de participer à un séminaire de développement personnel à l’étranger. L’espace de cinq jours, j’ai mis mon quotidien entre parenthèses et pris du temps pour moi. Cela m’a fait un bien fou. J’ai rencontré des gens formidables : Delphine et Aileen qui sont devenues de réelles amies (c’est dingue comme on a l’impression de se connaître depuis des années !), une jeune de 16-17 ans mal dans sa peau qui rayonnait de bonheur à la fin du séminaire, un homme de 80 ans qui suite à une expérience de mort imminente (EMI) souhaite croquer à pleines dents les années qu’il lui reste, une femme qui a courageusement vaincu le cancer, un grand gaillard à l’humour singulier qui a surmonté une foule d’épreuves, une femme battue dans son enfance qui s’est reconstruite pour devenir resplendissante et épanouie, une hypersensible qui a du mal (comme moi !) à s’accepter, et beaucoup d’autres personnes touchantes. Nous avons alterné fous rires, danses endiablées, larmes et prises de conscience. Un magnifique cocktail d’émotions humaines. Un grand bol d’amour et de bien-être.

 

Comme je le disais dans cette vidéo, je te recommande de prendre régulièrement du temps pour toi et de participer au moins une fois dans ta vie à un séminaire de développement personnel :

 

 

J’ai vu la meilleure version de moi-même

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’un des plus grands moments forts, pour moi, ce fut un exercice de visualisation durant lequel nous avions les yeux fermés. J’ai « vu » très clairement la personne que je rêve de devenir (dans ma tête, hein ! Je te rassure, je n’ai pas eu d’apparition ;-)). Elle était féminine (alors qu’actuellement je ne me maquille pas et je m’habille comme un sac à patates), sereine (à des années-lumière de mon stress actuel !), touchante par sa simplicité et débordante d’amour, prenait soin de son corps et son esprit (par le sport, l’alimentation équilibrée et la méditation), et passait son temps à aider d’autres personnes à s’accepter et se sentir bien dans leur peau. J’ai versé des larmes en la voyant. Elle semblait me dire que c’est possible, qu’un jour j’arriverais à adopter de bonnes habitudes, soigner mes blessures et m’accepter telle que je suis, pour à mon tour aider d’autres personnes. Moi qui ai tant de mal à accepter mon imperfection et me sens souvent nulle, j’avais enfin trouvé une part bienveillante en moi, une sorte de meilleure amie.

Depuis, j’arrive à garder son image en tête. J’ai vraiment envie de devenir cette femme.

Pour y arriver, j’ai pris plusieurs décisions…

 

  • Accepter mon « imperfection »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un « gros morceau » ! Depuis que je suis petite, j’ai l’impression que je dois être parfaite pour qu’on m’aime. Et plus le temps passe, plus mes mauvaises habitudes ou certains aspects de ma personnalité me dérangent. Pourquoi est-il si tentant de me resservir une bonne assiette de pâtes au fromage ou de manger de la glace au speculoos ? Pourquoi faut-il que je fonde si souvent en larmes et que j’aie tant de mal à gérer mes émotions ? Pourquoi est-ce que je pense à cinq choses en même temps et que je me lance sans cesse dans de nouveaux projets ? Pourquoi est-ce que je ne trouve pas la motivation de faire du sport ?

Et pourtant, j’ai beau le retourner dans tous les sens, j’ai intérêt à arrêter de poursuivre cette quête impossible. Je ne serai jamais parfaite, et c’est très bien ainsi. Je m’épuise et je me fais du mal inutilement. J’ai décidé d’arrêter de me « flageller ». Je vais faire de mon mieux, un point c’est tout. Je ne serai jamais Madame Ingalls (de « La petite maison dans la prairie ») ou superwoman. Il y a beaucoup de richesse et de beauté dans l’imperfection…

 

  • Prendre soin de moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne sais pas si tu es comme moi, mais perso, la façon dont je prends soin de mon corps et de mon apparence est assez symptomatique de mon bien-être intérieur. Les périodes de ma vie où je me sentais vraiment bien, je me maquillais, je prenais plaisir à choisir mes vêtements et je portais des tenues très colorées. Ces derniers temps, je me suis plutôt éteinte. Je me jette sur la nourriture pour combler mon mal-être, je ne me maquille plus, je porte n’importe quoi et grossis à vue d’œil. J’ai décidé de me ressaisir. Bye-bye poignets d’amour ! Ça suffit : je vais surveiller mon alimentation, me mettre au sport et reprendre plaisir à m’habiller et me maquiller. Que la vie et la joie reviennent dans ma vie !

 

  • Mieux m’organiser et ranger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vais aussi continuer à bien structurer mes semaines et mes journées pour avancer, un objectif après l’autre. Je vais aussi mieux gérer mes comptes, prendre l’habitude de ranger, etc.

Bref, c’est décidé : je vais devenir la reine de l’O-R-G-A-N-I-S-A-T-I-O-N ! C’est sûrement possible vu que par le passé j’ai déjà organisé plein de choses avec brio. Pourquoi ça ne marcherait pas pour tout ce que j’entreprends, tant au niveau privé que professionnel ? Yes I can!

 

  • Appliquer le miracle morning

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois de plus, j’ai compris à quel point le miracle morning allait m’aider à devenir cette femme épanouie. Cela va me permettre de prendre du temps pour moi, de faire du sport (!), de lire, etc. J’ai vraiment hâte de relever le défi (avec toi si tu le souhaites) !

Au fait, j’ai pensé à une astuce toute simple : désormais, au lieu de mettre une affreuse sonnerie (« bip ! bip ! bip ! »), j’ai décidé de programmer une musique qui donne envie de danser et surtout de me lever. L’idéal pour un réveil dans la bonne humeur, même s’il est 5h ou 5h30 du matin !

 

  • Vivre davantage de moments de qualité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me rends compte aussi que le temps file. Je veux passer de plus en plus de chouettes moments seule, en couple, en famille et avec des amis. J’en ai marre de vivre dans le futur. Il est temps que je profite de chaque instant et sache mettre ma vie sur « pause » de temps en temps.

 

  • Renforcer mon mental

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai passé beaucoup trop d’années à me dire des choses négatives du genre « t’es nulle ! ». Sans m’en rendre compte, je me suis infligé un lavage de cerveau, j’ai miné mon moral et démoli ma confiance en moi. Je vais remplacer tout cela par des affirmations positives et des mantras. Je vais aussi repenser à cette femme que je rêve de devenir et me dire que je peux y arriver. Ça va faire du bien et nettement plus me motiver !

 

Bref, tu l’auras compris, je déborde d’énergie et j’ai vraiment décidé de mettre le paquet pour changer. Je vais y arriver, petit à petit. Première étape : introduire le miracle morning dans mon quotidien. Ça prendra le temps qu’il faut. Relève le défi avec moi, si ça te tente !

 

Et toi ? Tu as fait le point ?

Si tu étais sûr(e) de réussir, que ferais-tu ? Que changerais-tu dans ta vie ?